La biocompatibilité a toujours été l’un des sujets majeurs du développement des dispositifs médicaux. Nous pouvons toutefois constater des évolutions sur les méthodologies d’évaluation de dossiers techniques de nos clients par leurs Organismes Notifiés, qui placent plus que jamais le sujet de la biocompatibilité au cœur des évaluations, leur but étant de s’assurer de leur conformité aux normes en vigueur et de la sécurité biologiques des DM marqués CE. Ceci est principalement dû à l’évolution des techniques d’évaluation et aux aspects d’éthique scientifique qui sont pris en compte de manière plus drastique. 

La norme NF EN ISO 10993-1 : Juillet 2010 portant sur l’évaluation biologique des dispositifs médicaux - Partie 1 : évaluation et essais au sein d\'un processus de gestion du risque, et notamment le diagramme fourni en Figure 1, décrit au fabricant les différentes étapes permettant à celui-ci d’effectuer la démarche de l’évaluation biologique.

 Dans le cadre de l’évolution de la méthodologie d’évaluation, nous vous conseillons dans un premier temps de vous rapprocher de votre Organisme Notifié et constater si celui-ci a publié un guide présentant la méthodologie d’évaluation biologique attendue. Celui-ci suivra les indications données dans la norme NF EN ISO 10993-1 :2010, mais pourra être complété par des informations pratiques qui vous permettront de prendre du recul par rapport à cette méthodologie.

Le LNE-GMED, a par exemple publié un nouveau guide l’évaluation biologique, il reprend les grandes lignes de la NF EN ISO 10993-1 :2010 et FD ISO/TR 15499 :2013.

Ce guide préconise la démarche à adopter dans le cadre d’une évaluation biologique :

 

Etape

 

Support normatif


1. Description du dispositif et de son utilisation

 

N/A


2. Classification du dispositif, déterminée par la nature et la durée d’exposition

Il convient de prendre en compte le temps de contact cumulé, multiplié ou répété.

 

NF EN ISO 10993-1 :2010, §5


3. Caractérisation du matériau

 

Evaluation des données existantes (tests biologiques préalablement effectués, certificat matière première, adjuvants de fabrication…) et réalisation de tests de caractérisation complémentaires le cas échéant.

 

Les éléments à prendre en compte (liste non exhaustive):

-          Les matériaux

-          Les additifs, contaminants et résidus

-          Les substances relargables

-          Les produits de dégradation

-          Les autres composants (particules d’usure…)

-          Les propriétés et les caractéristiques du produit fini

-          Produits de dégradation (voir 10993-9, 10993-13, 10993-14, 10993-15 suivant que ces produits soient respectivement des polymères, céramiques ou métaux)

 

NF EN ISO 10993-18 :2009

FD ISO/TR 15499 :2013, §6

NF EN ISO 10993-9 :2010

NF EN ISO 10993-13 :2010

ISO 10993-14 :2001

NF EN ISO 10993-15 :2009

 

 


4. Analyse critique des résultats de caractérisation

 

Détermination de la limite acceptable  de chaque substance identifiée. Il convient pour cela de prendre en considération l’effet « cocktail » que peuvent avoir la combinaison de plusieurs substances relarguées.

 

NF EN ISO 10993-17 :2009


5. Identification des données supplémentaires nécessaire à l’analyse de la sécurité biologique

 

Dans le cas où les preuves documentaires ne sont pas suffisantes pour montrer la bonne sécurité biologique du dispositif, le fabricant doit établir la liste des tests complémentaire à effectuer. Cette identification est basée sur l’analyse des risques.

 

NF EN ISO 14971 :2013

NF EN ISO 10993-1 :2010


6. Réalisation des tests supplémentaire (le cas échéant)

Analyse des résultats et rédaction du rapport d’évaluation biologique.

 

NF EN ISO 10993-1 :2010


7. Conclusion sur la sécurité biologique globale

 

Lien direct avec les conclusions de l’analyse de risques, mise à jour suite aux nouveaux résultats de tests.

 

NF EN ISO 10993-1 :2010


8. Suivi « post-market »

 

Prise en compte de la notion suivi « post-market », il convient de mettre en œuvre les moyens permettant une réévaluation si l’un des phénomènes se produit :

-          Tout changement de matériau intervenant dans la fabrication

-          Tout changement de composition, de fabrication, d’emballage primaire ou changement dans la méthode de stérilisation

-          Tout changement d’instruction concernant l’entreposage, le stockage ou le transport du dispositif

-          Tout changement d’utilisation prévue du dispositif

-          Tout signe d’effet défavorable intervenant lors de l’usage du dispositif  (données issues du PMS)

 

 


 

On constate que le processus d’évaluation biologique s’intègre au sein d’un processus de gestion du risque. On parle alors dans ce cas d’une évaluation des risques biologiques. Le fabricant doit donc, et maintenant plus que jamais, intégrer cette étape d’évaluation biologique dès les premières phases du développement des dispositifs. L’une des facettes les plus importantes est d’ailleurs la maîtrise complète des procédés de fabrication, afin de pouvoir apporter les informations nécessaires à l’évaluateur biologique. Ces éléments permettent de guider la caractérisation chimique et notamment le type et le nombre de tests à effectuer pour converger vers une caractérisation complète.

C’est pour ces raisons que l’évaluateur biologique est l’interlocuteur principal entre le fabricant et le laboratoire d’analyse. Celui-ci doit être qualifié et avoir une compréhension des différents tests applicables selon la norme NF EN ISO 10993-18 :2009 afin de pouvoir apporter son expertise dans le domaine toxicologique et déduire s’il est nécessaire pour le fabricant, d’effectuer des tests complémentaires. L’analyse toxicologique effectuée par l’évaluateur biologique s’appuie notamment sur une recherche bibliographique exhaustive permettant de juger de l’absence, ou non de toxicité du DM, à partir des données issue de la caractérisation chimique.

Enfin, il est important de noter que cette évaluation biologique doit être planifiée, effectuée et documentée par des personnes expérimentées et compétentes. Ce sont des termes que l’on rencontre sur les problématiques d’évaluation clinique, et qui sont à traiter de la même manière sur l’évaluation biologique. Le plan de gestion des risques doit identifier les aspects des compétences particulières ainsi que les personnes et responsables de l’évaluation de la sécurité biologique.

Dans le contexte actuel, où la demande de mise en conformité par rapport à cette méthodologie est forte et urgente, EFOR Healthcare apporte son expertise et une approche méthodique à ses clients fabricants de Dispositifs Médicaux. Nos experts métiers sauront également vous accompagner sur les évolutions des normes, notamment ISO 10993-1 et 10993-18 qui sont actuellement en préparation et qui devraient encore renforcer les exigences liées à la l’évaluation biologique.

Nous faisons le choix de vous accompagner grâce à une équipe de profils spécialisés, qui pourront suivre le projet d’évaluation biologique de la phase de mise en place de la stratégie d’évaluation jusqu’à la rédaction du rapport.